هل تصلح القصيدة العطب.. للمبدع نور الدين برحمة / ترجمة: ذ. محمد علوي أمحمدي / المغرب



هل تصلح القصيدة العطب

هذا الذي كان…
عطب الانسان….
يده يدي والقلب
نبضه
انكسار
بين شوارع الذات
دخان عجلات
أجساد أطفال
أغصان
شجيرات
البرتقال…
الكمنجة
لحن الهوامش
رائحة الخبز
والسردين
نعل أبي الحزين
يطرق الأرض
بين حقول القمح
بين غابات الصبار
طفولة هاربة
لشيوخ القصبة
والبندير
والحلقة حلبة البوح الدفين
لم نرقن على زجاج
الحاسوب
لم نحمل هواتف
الذكاء الغبي
محفظة من متلاشيات
عباءة ابي المسكين
وقطعة طبشور
وعصا معلم رحيم
وهذا لحن بوجميع الجميل
غير خذوني لله
غير خذوني
قلبي جا بين الحداد
الحداد ما يشفق
ما يحن عليه
ايزيد الضربة
على الضربة
ولبرد ايزيد النار عليه
وهذه الضربات
وشم
على اجساد من لحم
من تراب
يا امي انا الصبار
وهذا لحن مارسيل
وكلمات درويش
وها نحن بين الساحات
نغني الامل
احلامنا عملاقة
اجسادنا قزمية
والقضية الكبرى كانت امنا الارض… فكيف تصلح القصيدة العطب… كيف… رايت الشيخ امام يمر بشوارعي الان… نظر الي… ابتسم….. قال ألا زلت هنا يا أيها الولد المر…. افسح الطريق…. إني أراك…. إني لا أراك….

كلمات من لحن مارسيل واشواق ناس الغيوان… واحلام الشيخ امام…. ولحن الزمن الكوروني…..

ذ. نور الدين برحمة / المغرب


Le poème répare-t-il les dégâts?

Ce qui était et est toujours
La défaillance, la “panne” humaine
Sa main est ma main
Et la réfraction
Est le battement du cœur
Dans les tréfonds
La fumée de roues
Des corps d’enfants
Des rameaux
Des arbustes d’orangers
Le violon populaire
La mélodie des laissés- pour compte
Le parfum du pain
L’odeur des sardines
Les babouches de mon père triste
Arpentant la terre
Parmi les champs de blé
Et les forêts de cactus
Une enfance qui court
Vers les anciens troubadours
Ces virtuoses autodidactes
De la flûte en roseau
Et du bendir
Et artistes des places foraines
Arène de la révélation des non-dits
Et la divulgation
Du refoulement enfoui
Nous n’écrivions pas
Sur l’écran d’un ordinateur
Nous ne portions pas de cellulaires
Juste un cartable
Fabriqué des lambeaux
De la vieille cape de mon pauvre père
Un morceau de craie
Et la crainte du bâton en bambou
De l’instituteur
Souvent indulgent
Et Nass El Ghiwane
Chantaient:
“Emparez-vous de mon être
Emmenez-moi, je vous en supplie
Je ne supporte pas la disparition
Des êtres qui me sont chers
Mon cœur est comme le fer
Entre les mains du forgeron
Celui-ci le martèle de coups
Coup après coup
Et quand il refroidit
Il attise le feu sur lui”
Ces coups, sont le tatouage
Sur des corps de chair et de sang
Des corps de misère
Ô ma mère, je suis un cactus
Voici la mélodie de Marcel
Et les paroles de Darwish :
“J’ai la nostalgie du café de ma mère,
Du pain de ma mère,
Des caresses de ma mère.
Et l’enfance grandit en moi,
Jour après jour, et je chéris ma vie,
car si je mourais,
J’aurais honte des larmes de ma mère!”
Et
“Sur cette terre, il y a ce qui mérite la vie”
Et nous voici
Battant le pavé
Des places publiques
Et des arrière-cours
Nous chantons l’espoir
Nous chantons le bonheur
Nos rêves sont gigantesques
Mais la défaillance nous entoure
La grande cause était et demeure:
la terre notre mère.
Mais comment le poème peut-il corriger les dégâts.
Je vois cheikh Imam passer dans mes rues maintenant… il me regarde… il sourit
il m’interpelle… tu es toujours là, oh garçon amer… cède le passage… je te vois… je ne. te vois pas…” on ne voit qu’avec le cœur….
“Quand le soleil coule dans la mer de nuages brumeux
Et étend sur le monde une vague sombre
et la vue s’éteint dans les yeux et dans les cœurs
Et la route se perd dans des labyrinthes
et dans les cercles vicieux
Ô toi qui marches
qui erres
qui cherches
oui toi
qui croit
Être “le père de la conception”
tu n’as ni guide ni boussole
que les yeux des mots et de la parole”

Des mots empruntés à la mélodie de Marcel, aux envies et espérances de Nass El Ghiwane… et aux rêves et à la vue de Cheikh Imam…. et à la cacophonie du temps “coronien.”…


Traduction: Mohamed Alaoui M’hamdi



اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.