ترجمة نص “الذين لايكتبون الحياة…” للمبدع نور الدين برحمة / ذ. محمد علوي أمحمدي / المغرب


أنا اكتب…
لكن صدقوني
انا لا اصرخ
فقط اترك نعلي
عند عتبات الامس
واغني مع بشر الحافي
ما اكثر كلفتكم على الناس….
استوحي نصوصي
من تمردي
من انكساري
والعشق
كما تعلمون
احتراق..
كلما رايت نعال الامس
على شاشة
في متحف واجهته
من زجاج…
قلت هذا سقط
اين…
في منعرج الحلم
لا اصرخ كلما جرحني
خبز شكري الحافي…
قلت ما الحرف
الا لعنة الوجود…
ياولدي… يوم رايتك
تمشي بين الجدار
والجدار
وكفك برتقالة…
قلت يا لناجي العلي
رسم وجهنا بقبس من نار….
ورحل
ونحن معه في انتظار
غني معي
ولا تكتب بحبر من تراب
كل المواجع وان اشتدت
فمن زحمة الخوف
ينبثق الفجر…
الخبز وحده لا يكفي…
اريد عسل النحل
الحر
ليكون في الحلق
حلاوة تسري للروح…
امتص معها
رحيق الكرامة
ورائحة الحياة
الممزوجة بعصير العنب…
دعني اترنح من نشوة الاحتراق….
فالكل الى زوال…
انا لا اصرخ
فقط…
انا اغني….


نورالدين وكفى.. 22 فبراير 2022

*******

Ceux qui n’écrivent pas la vie

Moi j’écris
Mais croyez-moi
Je ne crie pas
Je laisse juste mes chaussures
Aux seuils du passé
Et je chante avec “Bishr al-Hāfi”: Le mystique aux pieds nus “Vous coûtez cher aux gens” Mes textes, pour les écrire Je m’inspire de ma rébellion De mon vécu et mes revers. Et la passion comme vous savez Est une forte brûlure. Chaque fois que je vois Les pantoufles d’Hier Sur l’écran d’un musée Dont la façade est vitrée Je dis: celui-ci est-il tombé où Dans le zigzag du rêve Je ne crie pas, chaque fois Que le pain nu de “Choukri”* me blesse
Je dis que les lettres et les mots
Sont la malédiction de l’existence.
Ô mon garçon
Le jour où je t’ai vu marcher
Entre les murs
Et ta paume, une orange
J’ai dit, ah Naji-al-ali* Il a dessiné notre visage Avec une touche de feu Et il est parti. Et nous sommes toujours là Nous attendons avec lui et “Handala”**
Alors chante avec moi
N’écris pas avec une encre noire
Toutes les souffrances et douleurs
Même s’elles s’intensifient.
C’est du sein de la peur
Que l’aube jaillit, et annonce le jour
Le pain seul ne suffit pas
Je veux du miel d’abeille
Le miel naturel dans la gorge
Pour qu’il soit une douceur qui rafraîchit l’âme
Et me permet de savourer
Le nectar de dignité
Et le parfum de la vie
Mélangés avec du jus de raisin.
Laisse-moi m’enivrer de l’extase de la flamme de la passion
Tout a une fin.
Je ne crie pas
Juste je chante

Noureddine ça suffit… 22/février/2022

Traduction: Mohamed Alaoui Mhamedi

ترجمة: ذ. محمد علوي امحمدي / المغرب


*Bishr B. al-Hārith al-Hāfi naquit en 150/767 à Merv et vécut à Baghdād. Il fut le disciple de Fudayl B. ‘Iyād. Il fut appelé Al-Hāfi suite, selon une légende, à la vie corrompue qui fut la sienne avant de faire repentance. Mais d’autres légendes, d’une nature différente, prétendent elles aussi expliquer ce surnom. )Wikipédia(

**Mohamed Choukri né le 15 juillet 1935 à Beni Chiker, dans la Province de Nador, au Maroc, et mort le 15 novembre 2003 à Rabat, est un auteur marocain.
Auteur du roman: Le pain nu

***Naji al-Ali, né vers 1937 en Palestine mandataire et mort assassiné le 29 août 1987, Grande-Bretagne, est un caricaturiste palestinien. Sa famille s’est réfugiée en 1948 au camp libanais de Ein-el-Helweh.


****Handala (en arabe: حنظلة), également Handhala, Hanzala ou Hanthala, est une figure allégorique nationale de la Palestine… Handala devient alors la signature des caricatures de Naji al-Ali et est un emblème de l’identité palestinienne et de la défiance.


Handala – Photo Google


اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني.